affiche-the-search

BILAN 2014 DU BOX-OFFICE FRANÇAIS – PARTIE 1 : LES FILMS FRANÇAIS LES MOINS RENTABLES

Accueil
Share Button

affiche-the-searchOn attaque le bilan du box-office français par les films les moins rentables de l’année. Alors que la fréquentation dans les salles a atteint des records avec 208,4 millions d’entrées (soit une augmentation de 7,7% par rapport à 2013), on a assisté en parallèle à un très grand nombre d’accidents industriels. En effet le succès de QU’EST-CE QU’ON A FAIT AU BON DIEU ? ne doit pas occulter tous ces films qui n’ont pas trouvé leur public dans des proportions assez hallucinantes en 2014. Alors après BELLE DU SEIGNEUR en 2013, qui arrive en tête des plus gros flops de l’année ?

Voici les 10 films les moins rentables de 2014 sachant que nous ne traiterons que des productions 100% françaises sorties sur plus de 50 copies.

Top 10 des films français sortis en 2014 les moins rentables au 31 décembre*

affiche-the-search1.THE SEARCH – 1,3% (450 000 euros de recettes pour 20,6 millions d’euros de budget) : Présenté à Cannes alors qu’il n’était sans doute pas complètement terminé, le film a reçu un accueil très mitigé qui lui a collé à la peau jusqu’à sa sortie en salles fin novembre. Warner qui a distribué le film s’est sans doute rendu compte que le film n’avait que peu de potentiel en salles en le distribuant sur seulement 251 copies malgré 20 millions de budget. Résultat seulement 70 000 entrées… On se demande tout de même comment Thomas Langmann a pu réunir un tel budget pour un film sans véritable tête d’affiche (Bérénice Bejo étant également en tête d’affiche de l’un des plus gros flops de 2014 LE DERNIER DIAMANT), sur un sujet difficile et uniquement avec comme accroche marketing « Par le réalisateur de The Artist ».

colt-45-photo-53bbe8febc7c02.COLT 45 – 1,9% (420 000 euros de recettes pour 12,8 millions d’euros de budget) : L’échec de COLT 45 ressemble un peu à celui de THE SEARCH, le film semblant également avoir été sacrifié par Warner qui l’a distribué sur seulement 208 copies au début du mois d’août, période peu propice pour les polars français. Le film a ainsi engrangé 65 000 entrées en fin de carrière. Le producteur avait sans doute en tête le succès des LYONNAIS ou encore de 36 mais la production a été chaotique, le réalisateur Fabrice Du Welz ayant quitté le tournage avant la fin… Dommage car la promesse d’une polar réalisé par Fabrice du Welz avaitde quoi faire saliver les fans du genre.

son-epouse-critique-film

3.SON EPOUSE – 2,4% (150 000 euros de recettes pour 3,7 millions d’euros de budget) : passé complètement inaperçu lors de sa sortie en mars, SON EPOUSE a terminé sa carrière avec seulement 23 000 entrées. Le casting était pourtant accrocheur avec le couple Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg. On peut s’étonner que Diaphana n’ait distribué le film que sur 57 copies. Les critiques presse mitigées et le bouche à oreille négatif ont fait le reste…

Piege-le-film

4.PIEGE – 2,7% (140 000 euros de recettes pour 3 millions d’euros de budget) : sorti le 15 janvier sur un peu plus de 100 copies, PIEGE n’a engrangé que 21 700 entrées. La concurrence n’était pourtant pas insurmontable cette semaine-là mais l’absence de tête d’affiche et des critiques très négatives ont plombé le film.

illustre

5.UN ILLUSTRE INCONNU – 3,2% (690 000 euros de recettes pour 13 millions de budget) : avec seulement 108 000 entrées malgré une belle sortie dans 324 salles, UN ILLUSTRE INCONNU est sans doute l’un des échecs les plus impressionnants de l’année. Mais échec prévisible tant Mathieu Kassovitz est incapable de faire venir les spectateurs dans les salles malgré un talent que personne ne lui contaste . Pathé a pris des risques en faisant confiance aux réalisateurs du PRENOM pour porter ce thriller et doit s’en mordre les doigts.

tienstoidroite116.TIENS-TOI DROITE – 3,3% (240 000 euros de recettes pour 4,4 millions d’euros de budget) : sorti en salles le 26 novembre, la comédie n’a réuni que 37 600 spectateurs malgré 111 copies. Wild Bunch n’a pas su ou voulu faire émerger le film au milieu d’une forte concurrence pour le cinéma français. Dommage car avec Noémie Lvovsky, Marina Fois et Laura Smet il y avait sans doute mieux à faire. Pour sa réalisatrice Katia Lewkowicz c’est un nouvel échec après celui de POURQUOI TU PLEURES ? en 2011.

les-mc3a9tamorphoses-affiche7.METAMORPHOSES – 3,5% (230 000 euros de recettes pour 4 millions d’euros de budget) : il s’agit du dernier film de Christophe Honoré sorti début septembre qui n’a engrangé que 36 400 entrées sur 59 copies. On est loin des 260 000 entrées de son précédent film LES BIENS-AIMES. L’affiche de METAMORPHOSES illustre un positionnement sans doute trop pointu de la part de son Distributeur Sophie Dulac.

Jacky-au-royaume-des-filles-illus28.JACKY AU ROYAUME DES FILLES – 4,1% (760 000 euros de recettes pour 11 millions d’euros de budget) : véritable ovni, le film n’a engrangé que 119 000 entrées sur 201 copies. On peut féliciter Pathé d’avoir voulu soutenir Riad Sattouf après le succès des BEAUX GOSSES mais le projet était sans doute trop risqué et le film pas assez réussi pour éviter l’échec industriel.

temps9.LE TEMPS DES AVEUX – 4,3% (385 000 euros de recettes pour  5,3 millions d’euros de budget) : le nouveau film de Regis Wargnier a cumulé en fin de carrière 60 000 entrées sur 131 copies. Gaumont peut s’en vouloir d’avoir sorti le film un 17 décembre dans une période pas du tout propice pour ce genre de film au moment où le public est tourné vers les Fêtes de fin d’année et les productions familiales. Une sortie entre septembre et octobre ou début 2015 aurait sans doute été plus stratégique.

GraceMonaco_Copyrights_StoneAngels_David_Koskas-4retouche-610.GRACE DE MONACO – 4,4% (1,9 million de recettes pour 25 millions de budget) : habitué aux succès, Olivier Dahan a pris une sacrée claque avec les 297 000 entrées de GRACE DE MONACO. Présenté en ouverture du dernier Festival de Cannes, le film est sorti dans plus de 500 salles le même jour et a subi de plein fouet des critiques catastrophiques.

Suivent de près LE DERNIER DIAMANT 4,4%, TANTE HILDA ! 4,4%, TERRE DES OURS 6,9%.

*ratio entre les recettes qui reviennent au distributeur (environ 40% des recettes globales) calculées sur le prix moyen du billet de cinéma (6,4 euros selon le CNC) et le budget des films. Le chiffre calculé permet d’établir quel pourcentage du budget est récupéré par le distributeur (et ensuite les différents intervenants qui ont participé au financement du film) après la sortie du film en salles.

Source des chiffres cbo-boxoffice.com, Allocine, Wikipedia
Share Button

10 comments

  • Ouch y’a effectivement eu pas mal de casse !! Sur le papier Grace de Monaco, Colt 45 ou meme The Search semblaient pourtant avoir du potentiel !! Par contre miser 13M d’euros sur Un Illustre Inconnu a 13M je m’en remets toujours pas !! La vraie mauvaise nouvelle dans tout ca, c’est que ca va pas inciter les producteurs francais a sortir des sentiers battus ( = comedie comedie comedie) !!
    Dernier truc: on en a deja discute sur le site, mais quelqu’un a-t-il plus d’infos expliquant / justifiant comment le CNC parvient a ce chiffre de 30% comme seuil de rentabilite ?? Ce chiffre me semble faible (car sous-entendant que Droit videos et TV – qui sont supposes etre en baisse – ainsi que ventes internationals couvrent plus de 70% du budget !!) et je serai curieux de savoir comment ils ont reussi a le calculer et notamment quels films ils ont utilises pour parvenir a ce montant ??
    Merci

  • Jmagine que c’est (tres) complique d’avoir ce genre d’infos mais ce serait vraiment super interessant s’il pouvait y avoir un (ou plusieurs) articles detaillant les differents couts et revenus d’un film en particulier.
    Par exemple, avoir pour Qu’est-ce qu on a fait au bon dieu les estimations (idealement les chiffres definitifs mais pas evident, tant a cause de la confidentialite des donnees mais aussi lie au timing des rentrees d’argent) du budget prod ET des couts marketing puis revenus salles / video / TV / ventes internationales (quand il y en a)…

    • malheureusement aucun distrib ne donnera ses frais marketing car cela donnerait une indication sur les objectifs du film… trop stratégique pour sortir ces chiffres… les ventes TV se font sur la durée, compliqué de les prendre en compte … on peut quand même avoir les recettes inter et video

Laisser un commentaire